Le développement des services a pris une telle ampleur qu’aujourd’hui, le commerce, qui consiste à vendre un produit ou un service à autrui ne se fait plus uniquement sur les étals et dans les magasins.

En effet, on assiste de plus en plus à une sédentarisation des hommes, et pour mieux les cibler, les ingénieurs du marketing et du commerce ont inventé le commerce par correspondance, dont l’une des formes est la prospection téléphonique.

Comme tout moyen commercial, la téléprospection présente ses avantages et ses inconvénients, tant pour le potentiel client que pour le téléprospecteur.

Pour ou contre la prospection téléphonique

Les bons points

Pour le prospecteur téléphonique, le premier avantage est le renforcement automatique de son carnet d’adresse. Certes, il n’est pas aisé de se procurer les premiers contacts, mais ceux qu’il a acquis compléteront sa base de données de clients éventuels.

Ensuite, les risques liés au déplacement sont largement revus à la baisse : puisque la prospection se fait par appels téléphoniques uniquement, le téléopérateur n’a pas à se déplacer vers son client. Par conséquent, les frais de transports liés se retrouvent aussi réduits.

Quant au client potentiel, le principal intérêt réside dans le fait qu’il n’a pas forcément besoin de se rapprocher d’un enseigne physique pour acquérir  le produit ou le service : une description détaillée lui est souvent faite par le téléopérateur. Aussi, passer commande devient pour lui simple et rapide. Il n’a qu’à préciser la couleur, la taille, la quantité du produit voulu ainsi que les modalités de paiement et le tour est joué, il n’a qu’à attendre la livraison. Pour les gens pressés ou ne disposant pas suffisamment de temps pour faire des courses ou pour se procurer certains services, c’est le moyen idéal.

 

Inconvénients de la prospection téléphonique

Cependant, revers de la médaille, la prospection téléphonique n’est pas parfaite et ses détracteurs sont nombreux.

Déjà pour le téléprospecteur, trouver le bon filon n’est pas une tâche facile puisque selon les statistiques, les chances de conclure un marché ne dépassent guère les 10%. Les méthodes utilisées par la prospection téléphonique relèvent un peu du hasard : les contacts sont relevés dans les annuaires téléphoniques ou dans des fichiers de contacts très sollicités et généralement moins d’un appel sur dix est positif. Il est donc très fréquent de tomber sur des personnes harassantes, injurieuses et souvent de mauvaise volonté. Se faire raccrocher au nez et se faire traiter de tous les noms fait partie des risques du métier pour le prospecteur téléphonique.

Par ailleurs, la prospection téléphonique peut s’avérer un moyen de communication assez lourde en coûts puisqu’elle engendre des dépenses en télécommunications et en personnel énormes : son taux d’efficacité étant réduit, il faut multiplier le nombre de téléopérateurs pour pouvoir en apprécier un impact positif.

Quant au client potentiel, un appel téléphonique pour tenter de lui vendre un produit ou un service peut s’avérer d’un ennui total. Les téléopérateurs semblent négliger les contraintes que peuvent subir la majorité des gens aux heures de bureau ou des facteurs plus personnels tels que le stress ou autre.

Aussi, les clients sont méfiants, fatigués de se heurter à des canulars en direct ou même pire, des arnaqueurs ou des personnes mal intentionnées leur faisant miroiter des biens ou des services à des prix incroyables pour ensuite leur extorquer des fonds ou des données personnelles. En la matière, rien ne vaut la prudence.

Commentaires

Commentaires