Qu’est-ce que la planification ?

C’est l’organisation dans le temps des objectifs à atteindre. C’est-à-dire qu’il faut avant tout définir les tâches à accomplir dans un domaine précis avant d’entamer les moyens qui pourraient être mis en œuvre. Et enfin la durée précise de chaque étape qui constitue le plan d’action. La planification est la recherche et la découverte des moyens susceptibles d’influencer le futur, de manière à obtenir les résultats souhaités.

La planification

Le processus de planification

  • La première étape est la définition des objectifs: ils doivent êtres concrets et formalisés par écrit, compatibles et cohérents entre eux, motivants, réalistes et réalisables, rationnels, car il doit exister un lien étroit entre les objectifs à long et à court terme, précis, mesurable, et contrôlable. Il faut que chacun y adhère, car un objectif imposé ne suscite aucun engagement. Les objectifs doivent être aussi temporels.
  • La deuxième étape concerne le choix des stratégies à mettre en œuvres pour arriver à ses fins. En d’autres termes, les actions qui supposent un engagement prioritaire de ressources pour la réalisation d’objectifs importants. Pour cela il faut d’abord mettre en place la planification stratégique qui est l’outil qui permet de maintenir un lien étroit entre les objectifs, les ressources et les besoins du marché.
  • La troisième étape constitue l’établissement des politiques, des programmes ou des plans d’action : ce sont les actions concrètes qui doivent être faites. Cela est souvent matérialisé par une liste de tâches avec les précisions nécessaires.
    La dernière étape est la définition du budget: les coûts nécessaires à débourser par rapports aux actions déjà planifiées.

La nécessité de la planification

  • Guide les actions: pour prendre des décisions on peut s’appuyer sur ce que l’on a planifié, les éléments concrets qui avaient été prévus.
  • Minimiser les risques: plus on planifie, plus on évite les surprises, c’est un réducteur d’incertitudes et un amplificateur d’opportunités, un signal fort et un signal faible
  • Présente à tous les niveaux et permet de suivre l’évolution de la situation et de la contrôler vers la fin du processus, il sert d’élément de référence et nous guide à tout moment vers le but à atteindre, il nous remet sur le droit chemin dans le cas où on tend à dévier.

Les limites de la planification

Il est difficile de ne pas faire d’erreurs, tout ce que l’on planifie est rarement ce que l’on obtient. L’on ne peut pas tout anticiper à l’avance. Il est aussi difficile de réaliser tout ce qui a été planifié.

L’environnement est dynamique, le monde change de plus en plus vite et il devient de plus en plus difficile de prévoir ce qui se passera demain. Surtout dans le monde des affaires qui ne s’arrête pas d’évoluer, et la technologie qui évolue à la vitesse grand V.

Avec la rationalité de la planification on a tendance à oublier le plus important: la créativité. Une qualité absolument nécessaire pour mener à bien un projet. Il faut demeurer flexible à toutes situations et s’adapter. D’après Mintzberg, le manager passe plus de temps à s’occuper des urgences qu’à planifier ce qui constitue une erreur fondamentale de la part du manager. L’incompétence de ce dernier est la principale cause de la chute d’une société.

Et vous, quelles méthodes utilisez-vous pour faire la planification pour votre entreprise? 

Commentaires

Commentaires